Ephéméride du 10 juin - semaine du beau - Beauté du regard intérieur

Publié le par india

ICI

 

1819
Naissance de Gustave Courbet

 

Gustave Courbet né à Ornans en 1819, peintre réaliste français décédé en décembre 1877 à la Tour de Peilz en Suisse.

D'un profil assyrien et hongrois, buvant fort, parlant dru, pérorant, vaniteux, hâbleur, d'une truculence affichée, dont les outrances entretiennent la chronique scandaleuse dont Baudelaire s’afflige, mais sa correspondance révèle des traits plus subtils et sa peinture ne reflète nullement une nature aussi fruste.

 

Avec l'Enterrement à Ornans objet de scandale et succès à la fois, la légende de Courbet est formée. Rassemblement de portraits (Les habitants d'Ornans, du maire au fossoyeur, ont posés), l'Enterrement sidère par sa vérité autant que par son format. Un épisode banal est traité avec le même soin et la même attention psychologique que le Sacre de Napoléon par David. Les réaction sont violentes : " Est-il possible de peindre des gens si affreux " demandent des bourgeois dans un dessin de Daumier. " Accès farouche de misanthropie ", " ignobles caricatures inspirant le dégoût et provocant le rire ", telles sont les appréciations de la critique.

Faire vrai ce n'est rien pour être réaliste, c'est faire laid qu'il faut, rime Théodore de Banville. Le contresens que l'oeuvre de Courbet n'allait cesser de susciter est là. En fait, l'Enterrement est une page d'humanité où Courbet, avec une attention scrupuleuse et la sympathie d'un " pays ", montre comment un village réagit devant la mort. " Est-ce la faute du peintre, dit Champfleury, si les intérêts matériels, les égoïsmes sordides, la mesquinerie de province [...] clouent leurs griffes sur la figure, éteignent ces yeux, plissent les fronts? "

 

Une autre oeuvre de Courbet qui a fait parler d'elle, c'est l'Origine du Monde, en direct depuis chez Heyoka.

  

Bio de Courbet ici et , où on se fait une bonne idée sur cet homme qui sous ses apparences vantardes, grossières, était quelqu'un plein d'humanité.

 

2004
Décès de  Ray Charles

Ray Charles Robinson est né le 23 septembre 1930 dans une famille très pauvre d'Albany en Géorgie et a été élevé par sa mère à Greenville en Floride. Il eut une enfance difficile ; en effet, après avoir assisté impuissant à la noyade de son jeune frère de 3 ans, il contracte un glaucome à l'âge de quatre ans. À sept ans, sa cécité est complète et il doit être placé dans un établissement spécialisé, C'est dans cette école que durant neuf ans, il va apprendre la composition, ainsi que la pratique de plusieurs instruments dont le piano et le saxophone alto.

A lui seul, ce musicien de génie réunissait toutes les contradictions. Né pauvre, noir et très jeune devenu aveugle, il a renversé toutes les idées reçues et franchi tous les obstacles pour s’imposer comme l’un des plus grands artistes de son temps, et un prophète de la soul et du blues.

Ses premiers succès ont un parfum de scandale, notamment le torride I’ve Got a Woman en 1954, qui choque les puritains et ravit les opprimés. Ces derniers trouvent en Ray Charles, une forme de rébellion contre le système, les injustices, et le racisme.

 

Il consacrera sa vie à la musique, sa seule réelle façon de « voir » le monde et d’exprimer son « âme ». Il s’est approprié le jazz, le blues, la soul, et même la country, pour inventer un style indéfinissable et inimitable. I’ve Got a Woman, What I’d Say, Unchain My Heart, Hit The Road Jack, Georgia On My Mind, sont autant de tubes interplanétaires qui resteront à jamais gravés en nous, et qui marquent définitivement le style Ray Charles sans jamais pouvoir l’expliquer.

 

Je vous conseille l'excellent "Ray" si vous ne l'avez pas encore vu

 

 

Avec humour il avait dit ceci :

«Je suis aveugle, mais on trouve toujours plus malheureux que soi... J'aurais pu être noir.» 

Publié dans Ephémérides

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

voyance gratuite en ligne 06/09/2016 16:51

En voilà une bonne idée de futur article en effet On lit un peu tout et parfois son contraire sur le sujet !

Alice 11/06/2010 20:59



Incontournables tous les deux, ils font partis de notre culture , celle qui donne des émotions, toujours actuels j'aime bien les revoir. Merci à to pour cette page. Amitiés



NicoleNini 11/06/2010 19:19



j'ai vu ce tableau à Martigny l'année dernière, j'ai été très surprise par sa petite taille. Bises



Nat 10/06/2010 23:39



le tableau je le connaissais, mais j'ignorais que c'etait de lui ! merci :)



Koulou 10/06/2010 23:13



Punaise oui, j'ai vu ça "Enlage your penis" ?
Je sens que je vais re-recevoir des spam à la gomme !



india 10/06/2010 23:27



Tu es dessinateur, tu effaceras en moins de deux ces spams avec ta gomme d'artiste Bonne nuit Koulou