La curieuse nature humaine

Publié le par india

Le billet est long, j'en suis désolée. Si le coeur vous en dit, lisez, c'est toujours aussi consternant même si on sait déjà tout cela. Sinon cette seule image devrait suffire à vous dégoûter de tous commerces.
 
Nachetez_pas_de_souvenirs_danimaux_exotiques_2-copie-1.jpg
 
Protection de la biodiversité à l’échelle du globe:
le rôle indispensable des traités internationaux

La protection des espèces ne s’arrête pas aux frontières des pays. Car chaque année, des millions de plantes et d’animaux protégés se trouvent sur le marché mondial. Ce commerce a pris des proportions exorbitantes. C’est pourquoi il est nécessaire d’instaurer des règles internationales pour protéger les plantes et animaux menacés.

La CITES protège les espèces
Chaque année, des centaines de millions d’animaux et de plantes protégés font l’objet d’un commerce international, qui a conduit de nombreuses espèces au bord de l’extinction. Ce trafic a pris de telles proportions qu’il occupe aujourd’hui la deuxième place derrière celui de la drogue. Dans la Convention de Washington (CITES), les Etats signataires (173) s’engagent à exercer un contrôle étroit sur le commerce international de plus de 30000 espèces animales et végétales et de tous leurs produits dérivés. La CITES ne réglemente toutefois que les échanges internationaux. Il incombe donc aux Etats d’assurer, par le biais d’une législation appropriée, la conservation de la faune et de la flore et de leurs habitats.
TRAFFIC

Les habitats protégés, comme les réserves naturelles et les parcs nationaux, ne suffisent pas à préserver de l’extinction les espèces animales et végétales menacées. C’est pourquoi, le WWF et l’UICN ont fondé en 1976 un programme commun, TRAFFIC, qui est chargé de traquer, de combattre et de prévenir, dans la mesure du possible, le trafic illégal d’espèces protégées. L’organisation compte aujourd’hui neuf bureaux régionaux.

L’une des activités principales de TRAFFIC est la récolte systématique de données concernant l’offre et la demande (de produits à base de plantes et d’animaux protégés), les exportations illégales, les dépassements de quotas, etc. Ces données permettent à l’organisation de soumettre aux gouvernements des faits étayés, nécessaires à l’adoption et l’application de lois sur la protection de la faune et de la flore. Les équipes TRAFFIC publient en outre des rapports et attirent l’attention sur l’ampleur des dysfonctionnements. Ainsi, elles amènent l’opinion publique à exercer la pression nécessaire sur les gouvernements pour qu’ils prennent des mesures contre le trafic illégal. L’organisation informe aussi les touristes dans le monde entier sur les conséquences provoquées par l’achat de souvenirs fabriqués à partir d’espèces protégées.

 

Les souvenirs les plus souvent saisis à la douane:
  • Ivoire d’éléphant
  • Coquillages et coraux (objets entiers, ou intégrés dans des colliers ou des boucles d’oreilles).
  • Coquilles de strombes géants
  • Bottes, sacs, ceintures et porte-monnaies en peau de serpent ou de lézard.
     
  • Produits en cuir d’alligator ou de crocodile.
     
  • Plantes vivantes telles qu’orchidées et cactées.
     
  • Remèdes traditionnels chinois contentant des os de tigre, des parties de léopard, de la corne de rhinocéros, de la bile d’ours ou du musc.
     
  • Tortues ou objets confectionnés avec leurs écailles: bijoux, bols, lunettes, barrettes et peignes.
     
  • Châles en laine shahtoosh, manteaux en peau de léopard ou de tigre.
     
  • Caviar
     
  • Animaux vivants comme les perroquets, les oiseaux de proie ou les reptiles.

Source

 

Pour la curiosité je préfère et de loin, celle des animaux.

Un_curieux.jpgvoyeur.jpg

 

voyeur_2.jpg

Publié dans A travers le globe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

voyance gratuite par mail 06/09/2016 17:00

Merci pour ces conseils. C’est fou ce qu’il y a comme options et développement gratuits ! On se demande comment il peut demeurer sur la Toile une foule de sites bancals et mal ficelés.

Alice 05/06/2010 15:54



Petit à petit, nous nous éduquons, grâce à l'information et à un article comme celui-ci qui redit de ne pas toucher à l'environnement faune et flore. Mais sur la planète, nous ne sommes pas
tous sensibilisés de la même façon et des destructions se perpétuent.Les photos curiosités sont top ! :-)



Nova 05/06/2010 02:33



C'est rageant mais ca s'arrêtera jamais...


La première photo est waw !...



Natacha 04/06/2010 21:28



De retour de Toulouse... un constat plus que désolant, navrant... j'ai beaucoup voyagé, jamais été tentée et ne le serai jamais, non JAMAIS ! L'image du début de ton billet est très choc moi qui
ai pris l'avion ce matin... j'aime ton écriture, le poids de tes mots, tes convictions, merci de tant de partages. Bonne soirée. Gros bisous, Natacha.



Séverine 04/06/2010 20:17



ça me révolte qu'on puisse faire du mal à des êtres si tendres et doux que les animaux sauvages. Qu'on les laisse dans leur habitat naturel, tranquilles,
vivre leur vie sans avoir à fuir devant les Hommes !!