Le désir de peindre

Publié le par india

Antonella-2001.jpg




LE DESIR DE PEINDRE

Malheureux peut-être l'homme, mais heureux l'artiste que le désir déchire!
 
Je brûle de peindre celle qui m'est apparue si rarement et qui a fui si vite, comme une belle chose regrettable derrière le voyageur emporté dans la nuit. Comme il y a longtemps déjà qu'elle a disparu!
 
Elle est belle, et plus que belle; elle est surprenante. En elle le noir abonde : et tout ce qu'elle inspire est nocturne et profond.
Ses yeux sont deux antres où scintille vaguement le mystère, et son regard illumine comme l'éclair : c'est une explosion dans les ténèbres.
 
Je la comparerais à un soleil noir, si l'on pouvait concevoir un astre noir versant la lumière et le bonheur. Mais elle fait plus volontiers penser à la lune, qui sans doute l'a marquée de sa redoutable influence ; non pas la lune blanche des idylles, qui ressemble à une froide mariée, mais la lune sinistre et enivrante, suspendue au fond d'une nuit orageuse et bousculée par les nuées qui courent ; non pas la lune paisible et discrète visitant le sommeil des hommes purs, mais la lune arrachée du ciel, vaincue et révoltée, que les Sorcières thessaliennes contraignent durement à danser sur l'herbe terrifiée!
 
Dans son petit front habitent la volonté tenace et l'amour de la proie. Cependant, au bas de ce visage inquiétant, où des narines mobiles aspirent l'inconnu et l'impossible, éclate, avec une grâce inexprimable, le rire d'une grande bouche, rouge et blanche, et délicieuse, qui fait rêver au miracle d'une superbe fleur éclose dans un terrain volcanique.
 
Il y a des femmes qui inspirent l'envie de les vaincre et de jouir d'elles*; mais celle-ci donne le désir de mourir lentement sous son regard.


Charles Baudelaire (* gros naze plus souvent qu'à son tour)

Le spleen de Paris

Pour les jeudis en poésie des Croqueurs de mots


Une fois de plus je mettrais des photos des toiles de Antonella Lucarella, artiste peintre italienne de renommée internationale. Sa peinture me parle au-delà des mots. C'est un monde sensible qui va plus loin que le regard, où l'intuition a une très grande part, où les mouvements du désir et des sentiments sont perçus plus que prévus.
Une technique "Renaissance" résolument moderne qui me plaît également beaucoup.
Elle exposera à la Galerie Fin'art à Genève dès le 24 mars jusqu'au 24 avril.

Antonella-ragazze-con-abiti-rossi.jpgAntonella-Lucarella.jpg
Antonella-partitura-per-volto-e-violino.jpgAntonella-studio-sur--silenzio.jpg
Antonella-abito_rosso.jpgAntonella-acconciatura.jpgAntonella-figure-maschili-2000.jpgAntonella-Lucarella-mains.jpg
lucarella_0602.jpgAntonella---figurafemminilesudivanorosso2008.jpg
lucarella 0606lucarella 0611

lucarella_0605.jpg 


L'écriture, la peinture, des moyens d'expressions variés
Mais l'inspiration, d'où vous vient-elle ?

Publié dans Art et nature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
<br /> <br /> Bonne journée India ,j'espère qu'il vente moins froidement par chez vous qu'ici !<br /> <br /> <br />                                                                                            <br /> votre Hécate<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
H
<br /> <br /> Un expiateur de nos prpres faiblesses : c'est une belle défintion de Baudelaire !<br /> <br /> <br /> Lui ,qui rêva un temps être prêtre." Ne mépriser la sensibilité de personne " écivait-il dans "Fusées".<br /> <br /> <br /> Il a cherché  à se voir comme s'il était un autre lui-même se fouillant jusqu'à la douleur . Il était lucide sur ses faiblesses et ne cessait de vouloir les dominer. Paresseux de nature<br /> ,il était un bourreau de travail; le malaise vis à vis de ce poète  vient et s'explique peut-être par la causticité de son écriture ,la névrose qu'il ne dissimule pas ,la modernité<br /> qu'il expose ,contrepied d'un académisme figé .<br /> <br /> <br /> Baudelaire reste un mystère quand aux sentiments qu'il provoque encore !<br /> <br /> <br />                                                                                           <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
H
<br /> <br /> Merci du lien donné . Oui ,je viens de tout lire . Les peintures sont très belles ...<br /> <br /> <br /> Je peux saisir ce qu'il y a de dérangeant chez Baudelaire ,car moi-même profondément admiratrice de son oeuvre ,et longuement ensuite penchée sur ses journaux intimes ,je me suis demandée si<br /> ,en tant que femme ,il aurait accepté de m'adresser la parole .<br /> <br /> <br /> Hors ,le temps a passé ,et fouillant plus encore ce que fût son existence ,j'ai découvert combien il fut plein d'attention pour Jeanne  Duval ,cette femme de couleur sombrée dans<br /> l'ivresse . Combien d'autres l'aurait totalement abandonnée ; il l'a secourue ,même après leur rupture ,en dépit de son peu de moyens pécuniers alors .<br /> <br /> <br /> J'étais choquée par ses propos sur George Sand ,mais elle s'est servie des hommes pour sa propre ascension ,donc,Baudelaire ne l'admettait que peu .<br /> <br /> <br /> Personne n'est impeccable ...Je n'entends pas vous faire renoncer à votre opinion,du tout , seulement à exprimer un peu de mes reflexions tout à fait personnelles . J'ai été très interessée<br /> par tous ces commentaires .<br /> <br /> <br />            Je répondrais chez moi ,également .<br /> <br /> <br />                        Bien amicalement . Bonne soirée India<br /> <br /> <br />                                                                    <br /> Hécate<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
I
<br /> <br /> Merci pour ce beau commentaire qui fait la place à l'être humain tel qu'il est avec ses mauvais côtés et ses bontés. Baudelaire, comme nous tous, les possédaient. Hormis l'époque et ses propres<br /> malheurs, je pense toutefois qu'on a tous la possibilité d'aller dans un sens moins destructeur pour chacun. Je ne sais pas si Baudelaire l'a saisie, je n'ai pas l'impression (ou alors par<br /> petites touches) mais plutôt qu'il s'est installé dans ses idées et sa noirceur. Par peur certainement, ce qui, à mes yeux, le rend plus humain car nous savons tous combien il est beaucoup plus<br /> rassurant de rester dans quelque chose de connu mais pas forcément bon, que d'oser se lancer dans des chemins inconnus où on auraient peur d'être perdus. D'autant plus si le succès et l'estime<br /> arrive en montrant ce côté sombre. Maintenant, va savoir pourquoi cela plaît, c'est une autre histoire, mais ne serait-ce pas parce qu'il arrivait à déculpabiliser toutes personnes remplies<br /> de valeurs morales  peu réalistes et contenues à l'extrême ? Baudelaire je le vois un peu comme un expiateur de nos propres faiblesses pas assumées. Voilà, en quelques mots, ce que je sens,<br /> ça vaut ce que ça vaut..:)<br /> <br /> <br /> Un tout grand merci et je me réjouis d'aller lire Baudelaire et les autres chez toi. Très bonne soirée Hécate<br /> <br /> <br /> <br />
A
<br /> <br /> Elle peut venir d'un souffle qui passe et de l'impérieux besoin de le noter ! N'est-ce pas ainsi que l'on se transforme ? Qui sait ! cordialement<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
I
<br /> <br /> Oui oui ce sont des moments très fugaces si possible à saisir dans l'instant. La compréhension vient ensuite parfois :)<br /> <br /> <br /> Très bonne soirée Adamante<br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> je trouve que son originalité tient plutôt aux cadrages qu'au traitement du sujet, qui me parle moins. Dommage que ce soit si loin, la Suisse!<br /> <br /> <br />
Répondre
I
<br /> Merci de ton avis, j'apprécie toujours quand on me le donne.<br /> <br /> A plus tard Mali, bises<br /> <br /> <br />