Peint avec la bite

Publié le par india

Vous avez sursauté ?

Cochon.JPG

En m'baladant sur l'Avenue, le coeur ouvert à l'inconnu, j'avais envie de vous raconter ce que j'ai trouvé et ressenti.

D'abord beaucoup de monde à la première édition de d'Artbygeneva, une foire d'art moderne et contemporain qui réuni des galeries internationales. Cette expo fait suite à la 19ème édition d'Europ'Art qui termine là son mandat pour justement céder sa place à un plus large choix d'artistes, internationaux cette fois-ci.

De belles découvertes, diverses et abondantes, dans tous les styles et techniques. De la plus ancienne revisitée à la dernière pointe du perfectionnement artistique, tout est magnifiquement exposé et mis en valeur parfaitement.

Je reviendrai un jour sur les quelques coups de coeur éprouvés car là j'ai plutôt envie de parler de l'omerta qui règne dans le milieu de l'art.

Pourquoi entend-on plus souvent des compliments que des critiques par rapport à une oeuvre ? C'est étonnant tout de même, à croire que l'on a peur d'exprimer le fond de notre pensée, comme si cela allait nuire à une cause commune ou empêcher le rendement de l'artiste.

Un artiste a justement la capacité d'ouvrir chez l'autre des émotions, des sentiments divers qui seraient, à mon avis, bien dommage de ne pas partager avec la personne qui nous fait vivre cela car l'échange de regards et de perceptions différentes ne me semble être que richesses à s'offrir.

Est-ce que dire "je n'aime pas cette oeuvre" veut dire "je ne t'aime pas" ?

C'est l'impression que j'ai et parfois je me retiens de dire ce que je pense préférant ne rien dire du tout.

La communication devient alors bourrée de non-dit et finit par se tarir, comme une vieille peau, comme une vieille bite sèche qui ne sert plus qu'à peindre dans l'espoir, peut-être, de faire resurgir l'envie..de communiquer.

Publié dans L'art et la manière

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
U
<br /> <br /> L'envie oui mais le temps pas beaucoup (vu que je suis toujours aussi long n'est ce pas?)<br /> <br /> <br /> Ce que tu a amorcé je l'ai vecu (pax exactement comme ça mais presque)<br /> <br /> <br /> On va dire qu'il y a effectivement eu oubli mais pas tellement a profit d'un quelconque confort mais plutôt dans le but de ne pas deteindre et de ne pas essouffler la personne avec qui je<br /> vivais...<br /> <br /> <br /> Mais c'etait oublier a quel point une femme, pour oublier son quotidien, pouvait  aimer et etre attachée jusqu'a vouloir partager mes moindres (pre)occupations.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
I
<br /> <br /> Mais tu l'as fait cet article, j'irai lire après :)<br /> <br /> <br /> Merci pour ta réponse, je me doutais bien qu'il y avait femme sous roche, femme qui n'a cependant pas le monopole d'être "pot de colle" (c'est pour la rime hein ;), mais le sens y est). Sûr qu'il<br /> vaut mieux être avec quelqu'un qui est bien dans sa vie. Si la personne n'est pas en accord avec elle-même elle risque de faire des transferts assez désagréables. S'aimer (soi-même)entièrement<br /> sans trop se juger me semble essentiel pour vivre une relation harmonieuse. Sans vouloir te vexer, mais tu dois le savoir, tu avais aussi ta part dans l'histoire. A trop vouloir croire épargner<br /> l'autre (ce sentiment "altruiste" souvent purement égocentrique) nous voile nos propres peurs.<br /> <br /> <br /> Je t'embrasse fort Gengis, merci pour le partage..<br /> <br /> <br /> <br />
U
<br /> <br /> la derniere question soulevée est d'une grande importance et il me semble qu'on peut retrouver peu ou prou le meme genre de question au sein d'un couple (bien sur je ne sais pas si le<br /> rapprochement n'est pas un peu inapproprié, qu'importe) quand l'action de l'autre nous deplait et qu'a forces de repetitions on en vient a se demander si la personne elle-même nous est encore<br /> appropriée..<br /> <br /> <br /> bise..je suis là<br /> <br /> <br /> pour pas longtemps helas<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
I
<br /> <br /> Heureuse de te savoir là :). J'espère que tu auras l'envie et le temps de pondre un petit article pour qu'on puisse suivre un peu et être avec toi pendant ce temps.<br /> <br /> <br /> C'est fou comme cet article permet des déviances intéressantes :). J'ai bien compris ce que tu voulais dire, enfin, il me semble. Reste à savoir si c'est ce que tu vis ces temps..? heu..tu<br /> réponds si tu veux hein.<br /> <br /> <br /> C'est vrai que la vie à deux relève de l'art parfois. Je crois que c'est un exercice difficile et que du moment que la difficulté n'atteint jamais un quelconque oubli de soi-même au profit d'un<br /> confort, il faut poursuivre. Dès lors que l'un ou l'autre se détruit, que la relation ne se résume plus qu'à une façade de convenance et de, à nouveau, confort, il faut penser à modifier la<br /> situation. C'est un avis. A plus alors, chez toi ! :-)<br /> <br /> <br /> <br />
K
<br /> <br /> oui da, c'est pas toujours conscient en effet. et ça rajoute même au mystère. L'oeuvre croise notre chemin, elle sème (parfois à notre insu) une graine, qui poussseraou pas, ou peu, ou beaucoup.<br /> Mais l'art n'est pas vain.<br /> <br /> <br /> Merci à toi india <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
K
<br /> <br /> L'art est un outil qui nous permet de partager secrètement avec les autres une part des choses précieuse que la Vie nous apprend. Secrètement parce que ce n'est pas automatique, c'est selon le<br /> degré et la capacité de chacun à s'ouvrir à l'autre, celle de l'artiste quand il crée, et celle du spectateur quand il est face à l'oeuvre. Et ce qui ce passe alors peut bien êre qaulifié de<br /> secret car seul les intéressés savent alors ce qui se produit ou pas en eux pendant la rencontre.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
I
<br /> <br /> et encore, parfois on ne le sait pas tout de suite, cela agit en nous inconsciemment et nous fait peu à peu avancer et sauter des barrières qu'on pensait parfois infranchissables. Je fonctionne<br /> ainsi, en laissant agir et mijoter les choses, en confiance toujours que ce qui se passera et restera, me sera utile. Merci Koulou<br /> <br /> <br /> <br />
K
<br /> <br /> Précisément, c'est là l'utilité de l'art, nous revoyer à nous-même. Aux parts cachées, refoulées quand il nous "dérange" et aux parts lumineuses et inspirées quand il nous "émerveille". Les deux<br /> nous sont nécessaires pour avancer et évoluer et c'est ce qui fait toute la valeur de l'art. Il est un blog formidable que j'aime infiniment qui m'a mit une grande claque quand je l'ai découvert. Parce qu'il ne me "convenait" pas du tout. La façon d'écrire de<br /> fosfora contrariait ma façon de penser le monde. Ce faisant, celà m'intrigait énormément aussi. En fait, ses écrits court-circuitent, par leur forme inhabituelle et leur propos<br /> "étranges", ma façon de tout intellectualiser. Aussi, si ça provoquait au début  une friction peu agréable, et puis, la curiosité fut la plus forte, et, à m'y ouvrir, intuitivement je<br /> sentais bien que j'apprendrais beaucoup sur moi, à explorer ce rejet créé par la forme de son art. En définitive, j'ai appri énormément sur moi-même en m'ouvrant à son monde, car pour y accéder,<br /> j'ai été obligé de changer ma manière de voir, d'élargir mon horizon, de lâcher prise.<br /> <br /> <br /> Ceci fait, je trouve aujourd'hui ses écrits vraiment formidables. Ils ont cette belle utilité de l'art: bouleverser, déranger, faire avancer, celui qui les lit.<br /> <br /> <br /> Ensuite j'ai eu le plaisir et l'honneur de rencontrer fosfora quand je dédicaçais mes BD. Et ça c'était la cerise sur le gâteau. <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
I
<br /> <br /> A te lire cela confirme ma pensée sur ces moments de partages, quels qu'ils soient, qui ne sont jamais vains. On découvre soudain quelqu'un de profond qui nous correspond tout en restant<br /> lui-même, avec sa propre vision. De là, de nouvelles possibilités s'ouvrent, celle encore d'un autre regard sur ce monde qu'on partage tous. J'ai suivi ton lien et lu un peu fosfora, je comprends<br /> bien ce qu'elle veut exprimer, cela coule en moi comme une vérité, sans pouvoir l'expliquer, avec ses mots à elle, elle me parle au plus profond de moi, d'un ressenti que je n'exprime pas de la<br /> même façon et c'est ce qui est bon. A travers toi, d'autres, moi, nous sommes tous reliés, de pouvoir le sentir comme tu le fais aujourd'hui (jour de doutes qui ne manquent jamais<br /> d'arriver...:), cela ne s'explique pas mais cela n'est jamais vain.<br /> <br /> <br /> J'ai dérivé ? bah...<br /> <br /> <br /> <br />