Poussières

Publié le par india

La lumière filtre derrière les persiennes striant les draps de décorations éphémères, laissant dans la chambre, des scintillements qui se fixeront un instant sur les poussières volantes.

A bien y réfléchir, c'est un peu comme elles que je me sens.

Réfléchir, penser, dormir, rêver.

Nous sommes un samedi du mois d'août. Un samedi italien où le voisin couvre de sa voix puissante, les coups acharnés qu'il décoche sur son ancien carrelage.

...l'italien chantant n'est pas un mythe.

De même que tous les autres bruits de la rue: mobylettes pétaradantes, klaxons intempestifs, sonneries de portables infantiles accompagnant à merveille les cris des enfants de la rue.

Je me lève et regarde un instant à travers les persiennes.

...ces petites filles deviendront de belles femmes élancées à la voix  rauque, éraillée...vestiges de l'enfance certainement. Puis, à la quarantaine, elle seront ces femmes plantureuses qui se parlent maintenant par la fenêtre. Peu à peu elles s'asseyeront sur ce banc, là en bas, comme cette matrone au tablier intégré, surveillant d'un oeil la cuisson d'un plat aux saveurs ensoleillées et de l'autre, les jeux et sages bêtises des petits.

Je me recouche sous les étoiles de lumière. La chaleur est accablante. 

Ma mamma personnelle est en bas. A n'en pas douter, elle se charge de concocter un plat qui me remplumera. Je goûte et déguste mon farniente.

Le fils de la mamma est là aussi. Un ancien macho repenti mais au tablier désintrégré depuis qu'on est plus ensemble. L'essentiel reste : l'amitié et notre fille.

En l'espace de deux jours seulement, je suis devenue RIEN. Comme une de ces poussière qui volète, pas plus utile et même pas décorative puisque absolument personne ne peut profiter de me voir ainsi, si légère, désengagée de tout ce qui me semble si important la plupart du temps. Dommage car à mon goût, je dois être beaucoup moins pénible ainsi. 

Le temps s'étire en ce samedi alors qu'habituellement il s'évapore à la vitesse d'une image subliminale. Malgré le fait que je me sente bien, je commence à m'ennuyer, mon corps réclame un corps à corps, mes yeux, de nouveaux paysages, mon esprit, des découvertes. Je pars à Vienne demain, ça tombe bien, sauf pour mon corps, qui attendra, car un amant en vacances, c'est comme un suspens auquel on ne livrerait pas la fin et moi j'aime bien aller jusqu'au bout de ce que je fais.

 

Comme je l'ai fait ici. J'arrête ce blog.

 

Merci à tous. Je viendrai vous lire avec plaisir à l'occasion. Bulles.jpg

Ape-2.jpg

Nonna.jpg

Via-Roma.jpg

 Persil.jpg

Sun.jpg

Vampire.jpg

Jim.jpg

Expo.jpg

flamkurt.jpg

Parking.jpg

hundertwasser-1.jpg

Schonbrunn.jpg

Mont-Blanc.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

voyante 01/06/2016 15:35

Merci pour ton aide, je suis toute nouvelle dans le monde de votre blog.

cricket1513 23/12/2010 10:37



dernière ligne droite


vers noël..


bonne journée


et bons préparatifs !


Indya


gros gros bisous


christelle



i 31/12/2010 08:05



Merci chère Chrysalide, je te souhaite une année 2011 paisible et heureuse pour toi et ta famille, je t'embrasse très fort !





 



cricket1513 30/11/2010 07:56



coucou indya je sais que tu ne passes plus par ici..mais mon mail tu recevras peut-être


j'espère que l'avancée vers noël se passe bien.


Gros bisous à toi.


cricket.



cricket1513 11/10/2010 20:06



petit bisou du soir


espoir :)


hihi


christelle



Elie :0059: 30/09/2010 04:42



Merci!


Bises et belle journée!