2000 : La nuit

Quelqu'un de triste ce soir m'a demandé un mouchoir. Je lui ai répondu que je n'en avais pas mais que j'avais un stylo si elle voulait.

Encore ce ballon rond dans cette voûte nocturne. Je le vois chaque nuit désormais. J'ai le temps de l'observer se gonfler, se dégonfler. Les pulsations de mon coeur à travers les écouteurs, je vibre sur mes désirs. Je m'offre à la musique et mes muscles se bandent du plaisir à venir.


***********************************************************************************************************************************

Dans la nuit où tout doit redescendre
Une mouette tout en haut du mât
Regarde le lac couleur bleu cendre
Où médite déjà sur le plat
La lune blonde aux joues tendres


***********************************************************************************************************************************

A l'heure où j'aurais pu te voir, je partais le corps souple dans un lieu de transe.
J'ai passé ma nuit à voler des odeurs, des couleurs, à frôler la soie et sourire sur le coton.
On m'a sussuré des maux étranges, des mots de nuit, ceux qui s'accompagnent du désir.
Les mêmes toujours invariablement.
...
...
Nuit qui passe,
Qui lasse
...
...
Petit matin cassé
Je te lis
Mais
c'est trop tard
...

*******************************************************************************************************************************

La vampire.
Parfois elle vampirise la nuit de son calme, s'enfouit dans le silence des ombres pour ne sentir, au bout de ses ailes, que le passage du vent.
Souvent elle bat à travers le son, sur un appel d'air, elle monte aux aigus et au-dessus d'une vibration, pique sur les basses pour revenir ensuite planer sur les couleurs des nuits de bruits.

Toujours la nuit amène l'aube et la lumière qui suit dépendra de la nuit à venir


*******************************************************************************************************************************

La nuit dernière j'ai pris mon corps et l'ai niché dans un endroit rien qu'à moi. Un endroit qui épouse la forme foetale de mes secrets.
Je n'y vais pas souvent et souvent pas pour les mêmes raisons. Hier c'était la convulsion du monde qui m'y a poussé. Les stress de fêtes de fin d'année m'empêche d'avoir le temps de m'évader et ma survie dépends de ces moments-là.
Et là, dans la nébuleuse lueur d'une flamme, le fusain a tracé l'ourlet de tes lèvres, tes doigts fins et trois petits cailloux.
Sur une autre feuille, j'ai posé ton regard sur mes épaules et sur le dernier dessin j'ai mélé nos jambes et nos bassins. Mon amour.


*******************************************************************************************************************************