2000 : Le jour

Mon fils
Tu prends ma main dans les deux tiennes et tu m'abaisses à ta hauteur. Un genou à terre j'écoute ce que tu veux me dire. Mais tu enfouis ton nez dans mon cou, petit souffle au creux de l'oreille. C'est chaud. Mes cheveux te chatouille alors tu reviens face à moi et tes deux éclipses regarde ma bouche qui te dit que je t'aime.
Je t'accompagne ensuite à l'école. Nos mains se balancent. Plus on s'approche, plus ta main glisse, jusqu'à disparaître au fond de ta poche, entre cailloux et bonbons. Devant la classe tu refuses mon bisou et tu te sauves en courant en me disant : j'ai plus le temps maman.
Demain, tu seras encore un peu plus grand..

***********************************************************************************************************************************
Pour Sita
Ahmedabad
J'entends encore le froissement de ton sari de soie, tes bracelets innombrables, multicolores, qui s'entrechoquent, l'air que ta mère chante en agrandissant tes yeux au khôl, les rires des autres femmes qui dessinent des arabesques sur tes mains. Et moi, couchée à plat sur le sol, je dessine un saule et un papillon bleu. Tu voulais un arbre et quelque chose qui vole, peut-être pour garder un peu les ailes de l'insouciance ?


Imagine-t-elle les paysages lointains de l'Europe, où des scènes d'amour inconnues s'ébauchent sous des feuillages ?
Les plaines vastes lui sont-elles apparues, et les sapins éternellement frissonnants, et les solitudes immenses où la neige tombe sans fin ?

C'est le jour de son mariage, elle est belle.

Pensées en flamme pour elle.


***********************************************************************************************************************************
Pour A
Moment de pose avec le peintre.
Mon asile dans ton antre
Le refuge d'une journée
Je m'installe.
Ton regard qui me frôle
Paisible et doux,
Comme un souffle.
Ni trouble, ni gêne
Lorsque tu me regardes ainsi
Je sais que c'est pour la lumière.
Tu veux qu'elle se place sur ma nuque,
Comme une ligne...
Continue.
Esquisse, ellipse, tes doigts glissent.
Le silence est grand.
Tu n'admets pas les mots qui détournent.
tes ombres sont lentes
ça me fait soupirer
un peu
aussi
pour t'énerver.
Alors on fait une pause,
parler, rire.
J'aime cette ride heureuse
comme une preuve d'amour pour elle.
Elle,
si minuscule et maligne,
ta femme
sait te rendre gai.
Ses petits pas dans l'escalier
annoncent le café.
Moment d'amitiés à partager.
Vous êtes beaux !
Une place pour vous
dans le coin de mon coeur.

*******************************************************************************************************************************

Rêve d'hiver
L'hiver au soleil

à l'abri des vents qui tournent, qui glacent

du ciel terni qui pleure

de l'arbre nu qui frissonne

de la lumière des vitrines

 

Je bois la neige à la tasse

ou alors

et alors

je songe au fleuve

et me brûle les lèvres

le froid me rend muette

creuse mes joues

accélère mon pas

en apnée, les bras autour de moi

j'expire seulement vers le feu

 

et dans l'odeur des songes et d'ambre

entre vert et saumon

saumon et verres

j'oublie ce froid de ville

gris et gris

 

et je rêve de mon
hiver au soleil

à la montagne

à la plage

à cochin

ou Tioman

 

*******************************************************************************************************************************

 Pour B

A Naji Wampata (esprit de femme), louve apprivoisée de son état, rencontrée un jour. Pour sa liberté retrouvée.
Irisée d'éclat de vigueur, son regard gris-cyan observe sa proie au ventre éclaté.
Le sang a coulé sur l'herbe sauvage, l'ouragan au pelage carnassier a tracé la couleur de son passage.
Et dans son dos il y a le vent.

*******************************************************************************************************************************

Compatibilité
Le parfum est un reflet
plus que l'habit sur la peau
il laisse la marque intime et unique qui nous est propre
un parfum sans nom révèle
plus qu'un regard
il définit l'âme
si deux parfums ne se mélangent pas agréablement
ne mélez pas vos peaux!

*******************************************************************************************************************************

Le jour où j'ai vu S. Gainsbourg boire un café au Marais à Paris
J'ai épié vos gestes, vous ai déshabillé du regard pour essayer de comprendre ce que ces femmes vous trouvait. Et j'ai compris en voyant vos pieds nus chaussés de blanc, vos chevilles...délicieuse esquisse de votre sensualité cachée.
J'ai imaginé les caresses et les mots soufflés, les parfums que vous aimiez humer, les goûts dont votre langue salivait...

En bref, j'ai pris mon pied à vous aimer sensible sous vos dehors grossiers.

*******************************************************************************************************************************
Pour A
Entends-moi !
Tu veux te marier
Pauvre fille
Tu veux épouser le roi de la maréchaussée
Chaussée du plus bel os rongé de la ville
Tu crieras : Pitié !
Mais il n'y aura plus personne pour te sauver
Alors tu penseras à eux, à Salvador de Bahia
Et tu tiendras le manche le manche à balai
Balayeras tes idées noires à la pensée de les revoirs.

Parce que c'est bien pour cela que tu veux te marier ?
Retrouver les fruits de tes amours dispersées?

Mais celui-ci n'a que l'emballage,
Dégoût.

Mais tu vois pas ??

Entends-moi !

*******************************************************************************************************************************


Réussir sa vie
Comme dans un manuscrit, il y a des bouts nuls à chier, des parenthèses nécessaires, quelques éléments provisoires comme le titre, le nom des personnages, des mots suspendus dans l'attente d'être remplacés. Il y a aussi des passages inoubliables qui nous rappellent que nous ne sommes pas toujours mauvais.
Pour toutes ces raisons, la vie mérite d'être écrite avec l'espoir de raconter au final, une histoire unique.


*******************************************************************************************************************************

Tabou
Un tabou, celui de prononcer ce mot : TABOU
Il me semble qu'il manque toujours quelque chose au bout
tabou...che
tabou...lé
tabou...illotte
tabou...gie
tabou...ret
tabou...le à zéro
tabou...rse ou ta vie
tabou...gé !

*******************************************************************************************************************************

Qu'en est-il de l'eau et de la lune? l'eau coule sans cesse, a dit Confucius. Mais elle semble aussi ne jamais s'épuiser comme si elle était immobile. La lune grandit et rapetisse, mais c'est toujours la même lune. Si nous regardons le monde à travers le regard du changement, il n'y a jamais de repos dans toute la création. Mais si nous observons la permanence des choses, nous et les êtres n'avons pas de fin. alors que pourrait-on envier? en outre si tout appartient à quelqu'un et si nous n'osons y toucher, elles sont à nous sans restriction, la brise fraîche sur la rivière et la lune qui brille entre les collines, dont mes oreilles entendent la musique, dont mes yeux voient la beauté. Nous pouvons y puiser sans qu'elles s'épuisent. Ce sont des trésors sans fin.

Su Dongpo

*******************************************************************************************

les cris les plus fort retournent au néant
mais un mot juste, doucement prononcé,
luira longtemps sur le monde

mahâbhâratam

*******************************************************************************************

Les gens qui ont trop de vie
Dépense la leur à corps et à cri
Sans jamais avoir d'illusion
Ni aucune interrogation

D'autres, philosophes,
Ont un peu plus d'étoffe
Ne savent pas ou se poser
Ni jamais ou peut-être rester

Enfin, sans se poser de question
Certains vivent leurs passions
Brûlant sans jamais compter
Leurs amours et leurs amitiés

Nous ne sommes pas toujours ce que nous sommes
Et le décrire n'avance personne
Je ne regrette pas ces quelques mots
Qui m'aère dans mon bleu ciel


*******************************************************************************************************************************