si la morale est comme une plaque, je suis à côté

Publié le par indya

Ce matin j'avais la conscience aiguisée. Peut-être parce que je venais de terminer un livre à la justesse de ton incroyable. Un livre sur lequel on tombe par hasard, parce que souvent trop pressé pour réellement choisir ou trop désorganisé pour retrouver dans la multitude de petits bouts de papiers qui traînent partout, celui où on avait justement noté le nom du livre dont le résumé nous semblait si subtil. En se promettant de l'acheter.

Par hasard, CE livre acheté hier et terminé à l'aube a tenu ses promesses. A tel point que l'identification avec l'héroine, une avocate à côté de la plaque (je ne suis pas avocate mais bien à côté de la plaque), m'a fait prendre conscience de beaucoup de choses.

Je ne pourrais pas résumer tout ce qui me traversait tant c'était fulgurant et la précision de ces "éclairs" amenait d'autres pensées tout aussi rapides et aiguisées.

Après deux heures d'intenses émotions, je décidai de boire un café pour me calmer.

Et là, je passe au présent car je n'aime pas parler au passé.

Dans le journal qui accompagne le café, je lis qu'une afghane qui avait été violée a été libérée.

En afghanistan les femmes vont en prison lorsqu'elles sont violées, imaginez, quel déshonneur que "l'adultère" (ce pour quoi elles sont condamnées...)!

Donc, sous la pression d'une pétition mondiale, Gulnaz (et que elle) a été libérée par le président afghan Hamid Karzaï, mais ceci à la condition qu'elle épouse son violeur.

Bien sûr, selon Aimal Faizi porte-parole, cette décision est pour écarter tout danger de cette femme à cause de la stigmatisation qui frappe les victimes de viols dans ce pays.

La victime a consenti à cette union, seulement si la soeur de son agresseur (c'était son cousin) épousait son frère à elle. Vous suivez ?

Moi à peu près mais devant tant de morale je m'incline et déclare forfait.

Je souris aussi. Un peu mal à propos. Je me demande comment ils auraient fait pour mon cas, avec, à mon actif, deux violeurs?

 

Ce n'est pas aujourd'hui que je réalise que j'ai de la chance mais peut-être celui où je la mesure.

 

 

 

Publié dans La vraie vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

voyance mail gratuite 26/01/2016 10:45

Un blog de haute qualité.C'est le type de blog qui me plaît et dont lesquels je partage mon point de vue modeste.

cricket1513 05/12/2011 05:25


Nous revenons à la loi des siècles passés chez nous... avec ces chers seigneurs qui avaient droit de cuissage sur les femmes de leurs vassaux et les femmes vierges violées qui étaient
forcées également de se marier avec leur agresseur ou partir au couvent !! une honte !!


Je ne savais pas pour toi... une énorme blessure ! qui ne cicatrice jamais. Il y a de beaux enfoirés ! put.... !!


gros bisous chère Indya


christelle

le musicien du dimanche 05/12/2011 01:26


Tu as donc lu toute la nuit fichtre!


Et tu ne nous a pas dit quel est le titre de ce livre.. mais l'importance est sans doutes ailleurs.. et j'ai été revoir cet article où personne n'a pu comprendre semble-t-il ce que tu nous
expliquait. Enfin j'avais quand même glissé 'vengeance' non sans hasard..à ma surprise stupéfaite.


Mon blog est en pause.. j'ai eu un ennui d'ordinateur et perdu les dernieres photos de pleine lune faites (au moins 4) ça ne me donne pas plus envie pour l'instant de reprendre.. ça reviendra. ça
ne m'empeche pas d'avoir envie de faire ma pipelette :)

indya 06/12/2011 21:47



Heureuse de lire un homme dans les commentaires, c'est un sujet qui fait fuir et je ne sais pas trop pourquoi. Le contenu avant le titre et même de l'auteur oui. Parfois on a de la daube avec des
réputés bons donc je ne me fie à rien, qu'à l'instinct.


Je te souhaite encore beaucoup de pleines lunes Gengis. Reviens avec ou sans, tu es le bienvenu.



sofadream7 04/12/2011 13:18


que dire ,on aimerait avoir un petit trait de génie d'humour sur le sujet mais ça ne vient pas ,peut être parce que moi c'est celui que j'avais épousé qui etait devenu mon violeur quasi quotidien
!


je resterais pourtant sur la réfléxion qui m'est venue en lisant ton article :"j'aime ses livres sur lesquels on tombe par hasard" est ce vraiment le hasard d'ailleurs ,tellement souvent ce sont
ses livres là qui vous prennent au tripe et vous donne l'impression d'être les seuls à avoir découvert Le trésor . Biz des tropiques pas trés ensoleillée mais le coeur y est !

anni 04/12/2011 09:46


Chère Indya , je suis encore sous le choc de cette annonce ! J'admire comment tu prends les choses , en faisant de la relativité ton alliée. Il y a dans ces pays et peut'être pas si loin de nous
, des choses impensables , en tout cas je me dis qu'il faut beaucoup d'imagination perverse pour traiter des êtres humains de la sorte ! En même temps je pense qu'ils se sont construit de
"sacrées"!! (et oui , on est dans le religieux !! ) barrières , éprouvant l'infini de leur faille devant  la force et le pouvoir  des femmes.Comme on dit par ici :
"s'adapter ou disparaître" : la nature  guerrière du Sapiens revient en courant!!

indya 04/12/2011 11:38



Merci Anni pour tes mots.


Si tu l'apprends aujourd'hui ce n'était pas parce que je le cachais. Au contraire, j'en ai souvent fait allusion dans ce blog (par ex: http://indya.over-blog.com/categorie-10897768.html (mourir
d'aimer) ou ici http://indya.over-blog.com/article-36031479.html) Sans honte (ça serait le comble) mais tel que je le ressentais. La relativité est toujours toute relative cela dit..je crois
qu'on fait toujours comme on peut. Heureusement pour moi c'était s'adapter et pas disparaitre. Le fait est que malgré tout, toutes les relations et les événements sont conditionnés par ces
moments non choisis. Depuis je suis hyper réactive à toutes atteintes à ma liberté. Si cela se produit, je deviens effectivement une guerrière sans pitié!


En tous les cas, je me sens chanceuse de pouvoir combattre, en comparaison avec ces femmes qui n'ont pas d'autres choix que celui de se plier encore à l'exigeance de lois barbares établies par
des hommes qui ont peur des femmes.


Je t'embrasse fort